Café nile - Guy Vallancien

Café nile – Guy Vallancien

janvier 18, 2017
|
0 Commentaires
|
« Plaidoyer pour un humanisme numérique : réparer l’homme, oui. L’augmenter, pour quoi faire ?« 

Si en matière de connaissance, il est « interdit d’interdire », en matière de manipulation médicale, il peut s’avérer nécessaire de refuser certaines retombées des découvertes issues de nos laboratoires et nos observations.

Pour Guy Vallancien, le transhumanisme éclairé s’appuiera sur cinq pilliers indissociables :

  • Partager les informations afin de décider dans une conscience accrue des enjeux qui concernent notre avenir commun
  • Participer activement et sans état d’âme au développement de l’intelligence artificielle et à la construction des robots, à la condition qu’Homo Artificialis soit seulement adapté à nos besoins
  • Soulager et réparer celles et ceux qui subissent maladies, traumatismes physiques, psychiques et sociaux innombrables
  • Refuser catégoriquement les dérives qui tendraient à augmenter l’homme au seul bénéfice d’un surcroît de puissance et de longévité
  • Promouvoir l’éducation nécessaire pour être en capacité de décider au-delà des seules opinions fluctuantes et irrationnelles.

Dans son livre Homo Artificialis, Guy Vallancien mène une réflexion éthique et philosophique sur les dérives de la robotique médicale, et signe un essai érudit qui plaide pour un nouvel humanisme articulé autour de « l’objet numérique à l’intelligence supérieure ». C’est pourquoi ce dernier nous fera l’honneur et le plaisir de venir débattre lors du café nile du 18 janvier 2017 à 8h30 au Sir Winston (situé 5, rue de Presbourg à Paris) autour de la question :

« Homo Artificialis : Plaidoyer pour un humanisme numérique : réparer l’homme, oui. L’augmenter, pour quoi faire ? »

En espérant avoir le plaisir de vous revoir à cette occasion, merci de nous confirmer votre présence :

Je m’inscris ! →

Ce #cafenile sera diffusé en live stream sur le lien https://youtu.be/xBLi7ag4pt0 et vous pouvez le retrouver dans le live tweet depuis notre compte Twitter @nileSante